Côte d’Ivoire/ 1ère Biennale internationale de la danse : Six chorégraphes de renommée mondiale pour encadrer les jeunes

La 1ère édition de la Biennale internationale de la danse (BID) en Côte d’Ivoire/Gbonhi 2021, qui se tiendra du 27 août au 12 septembre 2021 sur plusieurs sites des quartiers d’Abidjan autour du thème : “La place de la danse dans le développement de la Côte d’Ivoire”, mettra un point d’honneur à faire de l’accompagnement de jeunes artistes chorégraphes par six coaches de renommée mondiale une de ses priorités. Telle est l’annonce faite, le vendredi 13 août dernier, au Goethe-Institut Abidjan sis à Cocody, par le commissaire général Yahi Nestor Gahé, président de Danse Ivoire Diaspora (DID), au cours de la conférence de presse de lancement de cette tribune de promotion de la danse.

Les projets des jeunes artistes, présélectionnés parmi 84 candidats, vont être notamment suivis par Carl Flink des Etats-Unis, Serge Aimé Coulibaly du Burkina Faso, Dan Agbetou Tchekpo du Bénin, mais aussi par les chorégraphes ivoiriens Hippolyte Bohouo, Michel Kouakou et Kodro Ange Aoussou.

A en croire le commissaire général de la BID en Côte d’Ivoire, “le suivi ne sera pas que sur un plan artistique. Nous nous proposons de leur donner des bases en administration, rédaction de dossiers pour postuler à des festivals internationaux”. Tout en précisant qu'”après 15 jours de travail, chaque artiste-stagiaire produira un extrait de son travail en cours. L’occasion pour eux d’avoir d’autres retours et une visibilité auprès du public et des professionnels. Ce travail de binôme permettra un échange de bonnes pratiques entre l’ensemble des participants, de créer de nouvelles relations entre les coaches et de renouveler le lien entre les générations”.

Toutefois, parallèlement à cette activité, il y est prévu des stages de formation et d’outillage chorégraphique, la présentation de pièces chorégraphiques de la diaspora et de créateurs ivoiriens pour rassembler et “mettre la lumière sur toutes les danses” en vue de la défense de l’identité de la danse ivoirienne. En outre, des activités de réflexion sur la diffusion et la promotion de la création chorégraphique sont aussi prévues tout au long de l’événement. 

La 1ère édition de la BID en Côte d’Ivoire est parrainé par Traoré Salif dit A’Salfo, lead vocal de Magic System. Avec pour cibles artistes, professionnels, amateurs et amoureux de danse et de la culture, mais aussi le grand public.

A l’occasion, 23 spectacles, des journées d’études, des stages de formation, des résidences de création tutorées et 5 lieux d’accompagnement et de diffusion sont au programme de cette biennale inédite. Etles espaces ouverts des communes de Yopougon, Abobo et de Koumassi, l’Institut Goethe de Côte d’Ivoire sis à Cocody, la Fabrique culturelle sise à Cocody, le Cnac sis à Treichville, l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (Insaac) sis à Cocody et le Centre d’action culturelle d’Abobo (Cacab) sont les sites qui abriteront les différentes activités de l’acte I de cette biennale. Edition qui verra 22 artistes et compagnies dont des Ivoiriens de la diaspora venant de différents pays : Tchad, République démocratique du Congo, Côte d’Ivoire, Allemagne, France, Sénégal et Burkina Faso faire montre de leur savoir.

Marcellin Boguy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *