Côte d’Ivoire / One man show de l’humoriste Ambassadeur Agalawal : Un ‘’état des lieux’’ subtil et hilarant

L’ambassadeur Agalawal a donné son 4e One man show au Palais de la Culture de Treichville, le 3e dans la mythique salle Anoumabo (4000 places), ce 10 avril. Si le rendez-vous de l’année dernière a été annulé pour cause de Coronavirus, l’humoriste a mis les petits plats dans les grands pour faire se tordre de rire le beau et nombreux public (une salle comble) qui a effectué le déplacement.

Le high level

Intitulé ‘’Etat des lieux’’ le spectacle proposé par Kra Kobenan Ignace a passé en revue l’actualité sociopolitique ivoirienne des deux dernières années sur un ton humoristique. L’Ambassadeur Agalawal, en artiste aguerri et très professionnel, a abordé des sujets très sensibles avec une subtilité déconcertante pendant 1h 30 minutes. Du démasquage du cyber activiste Chris Yapi à l’actualité sportive, en passant par le coronavirus, l’intégration sous régionale, la vie des artistes, la drogue, l’argent… celui qu’on appelle « l’humoriste intellectuel » a captivé l’attention des spectateurs en distillant des vannes qui n’ont laissé aucun moment de répit et de repos au public qui s’en est délecté. Conscient de la qualité de son public, l’humoriste a sorti « le nec plus ultra » des blagues dans un niveau de langue qui alternait entre le « soutenu » et le « populaire ».

Un spectacle bien maîtrisé

Pour ceux qui sont habitués aux one man shows de l’Ambassadeur Agalawal, c’était une redécouverte bien huilée avec une barre mise très haut. Pour ceux qui venaient pour la première fois, ils ont eu droit à une véritable prouesse. « On a ri pendant 90 minutes sans pause. Vraiment, il est le meilleur », a confié un spectateur heureux. L’humoriste a bien maîtrisé son spectacle. Le décor transposant un cadre urbain chic était en harmonie avec le titre d’Ambassadeur qu’il porte. Sur un fond noir, les plaquettes lumineuses ont donné de la gaieté à la scène.  Les robots (lumières rotatives) ont accentué le côté festif de la scène. Deux écrans géants disposés de part et d’autre de la scène ont participé au spectacle. Outre la retransmission en direct, ils servaient harmonieusement à projeter des photos à des moments bien précis du développement des sketchs.

Communion totale avec le public

Agalawal a su faire participer son public. Une interactivité entamée dès les premiers mots du spectacle. Et, qui a continué jusqu’à la fin. Le public a répondu aux punchlines, a repris les refrains, les rimes pour pouffer de rire à chaque chute. Il a suivi le rythme des spectateurs, respectant les moments de fou rire, de grande ovation et de rires réguliers. Les histoires bien enchaînées et bien entremêlées n’ont connu aucune cassure au point où les 90 minutes ont été écoulées d’un trait.

Côté prestation scénique, l’artiste a été éblouissant. Il était dans la peau de chaque personnage des différentes histoires. Les changements de rôle, de ton… ont permis de distinguer les intervenants. Mieux, il a su jouer sur ses timbres vocaux, même les plus aigus, pour sublimer ses personnages. Habitué des stands up, ses déplacements centrés, sans excès lorsqu’il devait interagir avec ses fans, ont maintenu le lien avec toutes les parties de la salle.

Pour la phase 4 de ses One man shows, l’Ambassadeur Agalawal s’est surpassé. Il a prouvé, une fois de plus, qu’il est au sommet de son art et il compte bien y rester. Le spectacle a été co-mise en scène par Sanou Amadou et Coulibaly Souleymane de l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (INSAAC). Un duo qui a déjà marqué de son sceau le spectacle “Bonjour 2021” de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) qui a regroupé une dizaine d’humoristes confirmés.

Timité Raoud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *